Blog Droit constitutionnel  Les conventions de la Constitution

Les conventions de la constitution

Les conventions de la Constitution

Par R. BRIGUET-LAMARRE. Enseignant, diplômé de l'école de formation du barreau de Paris (CAPA), Master 2 DPRT (Paris II)

• Publication : 30 mars 2023

• Mise à jour : 9 novembre 2023

La notion de « conventions de la Constitution », d’origine britannique, est généralement abordée dans l’introduction au droit constitutionnel, dans la partie relative à la présentation des sources du droit constitutionnel.

L’objet de ce cours est de procéder à une présentation synthétique de la notion de « conventions de la Constitution » pour permettre à un étudiant de licence de comprendre les enjeux liés à ce thème.

C’est parti !

I - Définition des « conventions de la Constitution »

Que sont les conventions de la Constitution ?

La notion de « conventions de la Constitution » n’a pas exactement le même sens en droit français et en droit britannique.

L’expression de « conventions de la Constitution » vient de la doctrine britannique (« conventions of the Constitution »). En effet, la Constitution britannique, coutumière, est formée de certains textes fondamentaux et de règles écrites, mais aussi de « conventions de la Constitution ». Ces conventions sont des règles non écrites qui précisent l’exercice de pouvoirs juridiques d’une institution constitutionnelle ou certains comportements des gouvernants. Ces règles ont eu pour objet de faire exercer par le Gouvernement des pouvoirs attribués formellement au roi. Cette notion a notamment été développée par le constitutionnaliste Dicey qui souhaitait mettre en exergue l’importance de la pratique politique dans le fonctionnement du système institutionnel britannique.

Il distinguait ainsi le droit relevant de la Constitution (les règles coutumières et les règles écrites) et les conventions de la Constitution. Par exemple, la règle selon laquelle la Reine doit nommer en tant que Premier ministre le Leader du partir majoritaire à la Chambre des Communes est une convention.

En France, cette notion de « conventions de la Constitution », a notamment été théorisée par le constitutionnaliste Pierre Avril (Les conventions de la Constitution, 1997, PUF). Il s’agit de règles « sur lesquelles s’accordent les acteurs politiques, en marge des dispositions contenues dans le texte constitutionnel » (P. Türl, Les institutions de la Vème République, Gualino). La sanction du non-respect de ces règles est de nature politique (et non juridique comme pour la coutume constitutionnelle). Dicey évoque également le terme de « morale constitutionnelle » (A.V. Dicey, Introduction à l’étude du droit constitutionnel (1885), trad. Fr., Paris, Giard & Brière, 1902, p. 20-28).

Il s’agit donc de normes constitutionnelles dont la source n’est pas formelle, mais conventionnelle, et dont la nature est essentiellement politique.

II - Distinction conventions de la constitution / coutume constitutionnelle

Les conventions de la Constitution ne sont pas des règles juridiques, car leur violation n’est en principe pas sanctionnée juridiquement. La sanction de la violation de ces conventions est politique ce qui assure leur respect en pratique.

La coutume constitutionnelle est un « mode de formation du droit par des usages dont la répétition engendre le sentiment de l’obligatoire » (A. Le Divellec, M. de Villiers, Dictionnaire du droit constitutionnel, Sirey, 13ème ed.).

Concrètement, la coutume est une règle de droit qui requiert deux éléments pour être caractérisée : 

  • Un élément objectif (l’usage) ;
  • Un élément subjectif (la conviction du caractère juridique de l’usage).

Par ailleurs, les conventions de la constitution se distinguent des coutumes constitutionnelles, notamment car elles n’exigent pas un usage immémorial (A. Le Divellec, M. de Villiers, Dictionnaire du droit constitutionnel, Sirey, 13ème ed.).

III - Exemples de conventions de la Constitution

Il est possible d’évoquer quelques exemples de coutumes constitutionnelles.

・Certains instruments de contrôle parlementaire de l’activité gouvernementale comme les questions parlementaires constituent une convention de la Constitution.

・La responsabilité non écrite du Premier ministre devant le chef de l’État en période de concordance des majorités est une convention de la Constitution (P. Türl, Les institutions de la Vème République, Gualino).

IV - La notion de conventions de la Constitution expliquée en vidéo


💡 Pour obtenir tous vos cours de L1 en vidéo, en fiches téléchargeables, vidéos, QCM et annales corrigées, débloquez votre accès à L'académie L1 en cliquant ici 🔓


Rejoins notre plateforme pour obtenir le cours de droit constitutionnel complet.

Cours vidéos, fiches de révision, annales corrigées, QCM... Pour étudiants en droit (L1, L2, L3 et capacité en droit).

Autres articles dans la catégorie : Droit constitutionnel

Ajoutez un commentaire

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Ce texte est protégé par le droit d'auteur :)

>