fbpx

La méthode infaillible pour réussir son Commentaire d'arrêt

+4h de cours vidéo avec un prof de droit

  0  7
Jours
:
 
  0  8
Heures
:
 
  4  0
Minutes
:
 
  2  3
Secondes

You missed out!


🎁 -50% du 2 au 10 octobre 🎁(Code : OCTOBRE à indiquer)

Blog Les études de droit  Sélection en master de droit 2022 : guide complet

Selection master de droit guide complet - aideauxtd.com

Sélection en master de droit 2022 : guide complet

• Par Laura BRIGUET-LAMARREEn charge de la recherche et de la rédaction des articles sur les études de droit

• Mise à jour : 21 juin 2022

À la fac de droit, les étudiants commencent à se spécialiser à partir de la troisième année de Licence. C’est à ce moment-là que vous allez vous diriger soit en filière droit public, soit en droit privé.

Si, jusqu’ici, le choix était plutôt simple, vient ensuite l’étape tant redoutée des étudiants en droit : la sélection en master !

Depuis la réforme de 2020, les universités sélectionnent les candidats en troisième année de licence, c’est-à-dire avant le master 1, et non plus entre le master 1 et le master 2.

C’est donc à partir du master 1 qu’il va falloir se spécialiser pour de bon dans une matière juridique. Le moment des candidatures pour intégrer un master sélectif constitue une étape tout aussi stressante qu’indispensable dans la vie d'un étudiant en droit à l'université !

Dans cet article, nous vous donnons une méthode simple et efficace en 3 étapes pour aborder cette période de la sélection en master plus sereinement et vous permettre de mettre toutes les chances de votre côté pour être sélectionné dans le master de vos rêves (même si vous avez moins de 12 de moyenne).

C’est parti !

1. Première étape de la sélection en master : La recherche du master idéal

Premièrement, il va falloir rechercher le master que vous avez envie de faire. Ou plutôt LES masters, car vous allez devoir candidater à plusieurs masters pour être sûr de ne pas vous retrouver avec le (tristement) célèbre hashtag #EtudiantsSansMaster.

Comment rechercher un master de droit concrètement ? Vous allez devoir prendre en compte 4 critères essentiels.

Premier critère : choisir une spécialité qui offre des débouchés professionnels


Vous allez devoir rechercher un master qui enseigne une matière qui offre des débouchés professionnels.

Définir son projet professionnel et se renseigner sur les débouchés de la spécialité en droit que l’on vise est primordial. En effet, il serait stupide (disons les choses franchement) de viser une spécialité qui ne recrute pas et qui ne paie pas bien. Si vous avez fait trois années de droit, ce n’est pas pour vous retrouver au chômage mais pour continuer dans cette voie.

Vous devez donc viser une spécialité dans laquelle il y a du travail. Il y a des domaines dans lesquels vous trouverez toujours du travail : le droit fiscal, le droit du travail, le droit de la propriété intellectuelle, le droit économique, le droit des marchés publics, le droit des contrats, le droit du numérique… et ce malgré la crise sanitaire.

Il y a en revanche des matières qui peuvent être attrayantes mais dans lesquelles les débouchés professionnels sont rares. À titre d’exemple, méfiez-vous des Masters « Droits de l’homme » qui conduisent assez fréquemment au chômage…

Pour être certain de faire le bon choix, regardez simplement sur des sites d’offres d’emplois les domaines juridiques qui recrutent le plus en tapant « juriste », « avocat », « juridique » ou « droit ». Vous verrez que certaines spécialités sortent du lot ! 

exemple offres d'emploi juriste avocat - aideauxtd.com

Exemple d'offres d'emploi pour le métier d'avocat sur le site Village Justice

Deuxième critère : choisir la matière juridique qu’on aime

Une fois que vous avez filtré les matières qui recrutent le plus, vous allez devoir rechercher un master dans la matière que vous aimez le plus, ou du moins qui correspond le plus à vos attentes professionnelles.

La première raison est simple : si une matière vous plait, vous aurez généralement de meilleures notes dans celle-ci et donc vous mettez plus de chance de votre côté pour votre sélection en master.

La deuxième raison est que plus vous appréciez quelque chose, plus vous aurez de facilité à consacrer du temps à cette chose en particulier. Si vous devez passer les prochaines années à travailler dans un domaine en particulier, il vaut mieux être sûr que celui-ci vous plaise, au risque de vous décourager très vite !

Troisième critère : regarder la réputation du master 

En l’état, tous les masters ne se valent pas. C’est assez facile de vérifier si le master que vous visez est bon ou s’il a une mauvaise réputation.

D’abord, vous pouvez taper le nom du directeur de master dans Google et vous renseigner : est-ce qu’il écrit beaucoup d’articles ? Est-ce qu’il est actif dans le monde universitaire et/ou professionnel ? Est-ce qu’il met en avant le master à travers ses réseaux ou des évènements ?

Si vous constatez qu’il n’a pas écrit un article depuis 10 ans : méfiez-vous !

L'autre option consiste à contacter des étudiants ou d'anciens étudiants du master (sur les forums étudiants ou sur Linkedin) afin de discuter avec eux pour avoir un retour d'expérience. 

Enfin, vous pouvez également regarder les classements des différents masters, qui sont généralement regroupés par matières, en tapant le mot clef « classement master + nom de la spécialité en droit » dans votre barre de recherche internet.

Classements meilleurs masters droit - aideauxtd.com

Précision

Les classements de ces masters ne sont pas toujours établis par des organismes indépendants donc ce n’est pas un critère qui suffit à lui seul.

Quatrième critère : regarder la plaquette de cours du master

Vous pouvez généralement trouver les programmes de cours des masters sur leurs sites internet. Encore une fois, si la plaquette n’est pas disponible, c’est plutôt mauvais signe, car cela signifie que peu de moyens sont alloués à sa promotion.

Si le programme de cours est chargé, c’est plutôt bon signe. En revanche, si l’emploi du temps contient peu de cours, cela peut être un signe encore une fois d’un certain désintéressement du directeur pour son master.

2. Deuxième étape pour intégrer un master : postuler au master

Etape cruciale pour pouvoir intégrer le master de droit de vos rêves : la candidature. Pour votre candidature, vous devez réunir plusieurs documents essentiels.

Premier document : le tableau récapitulatif

Avant d’envoyer ces éléments, le mieux est d’établir un tableau récapitulatif en classant tous les masters dans lesquels vous souhaitez aller.

  • Première colonne : un numéro correspondant à votre ordre de préférence
  • Deuxième colonne : l’intitulé du master
  • Troisième colonne : le nom du directeur de master et sa fonction si vous la connaissez. Cet élément a son importance, car dans la lettre de motivation, vous allez devoir appeler le directeur par sa fonction « Maître » s’il est avocat ou « Monsieur le Professeur ».
  • Quatrième colonne : le statut de votre candidature (« envoyée » / « non envoyée » ou la date du début des entretiens par exemple).

Ce tableau vous permettra d’y voir plus clair et de pouvoir suivre vos candidatures beaucoup plus sereinement.

Tableau de suivi selection master droit - aideauxtd.com

Deuxième document : la lettre de motivation 

Ayez à l’esprit que l’objectif premier de cette lettre est, comme si nom l’indique, de montrer votre motivation et de montrer en quoi vous êtes légitime pour intégrer ce master. Voici nos 3 conseils pour rédiger votre lettre de motivation en vue d’une candidature pour un master.

Premier conseil : bannissez les fautes d’orthographes et de syntaxes

Si vous devez retenir un conseil pour la lettre de motivation, c’est de ne faire AUCUNE faute d’orthographe ou de syntaxe. Même avec le meilleur dossier du monde, votre candidature peut être refusée pour une faute d’orthographe.

Relisez-vous, faites relire votre lettre à des proches, utilisez un correcteur, mais ne laissez aucune coquille ou erreur s’infiltrer !

Deuxième conseil : éviter les formules bateaux

Nous sommes tous capables de copier-coller une lettre de motivation trouvée sur internet. En l'occurrence, ce n’est pas ce type de compétence que l’on attend de vous.

Évitez à tout prix les formules passe-partout du style « je suis motivé », « je suis rigoureux » etc. Les directeurs de master s’en fichent complètement.

Mettez-vous à la place du lecteur. Imaginez que vous êtes chef d’entreprise et que vous devez recruter une personne qui vous dit « je suis le plus compétent », « je suis le plus sérieux ». Concrètement, cela ne suffit pas à éveiller l’intérêt.

Ce qu’il faut, c’est apporter des preuves. Vous devez mettre en avant votre expérience (qu’elle soit professionnelle, associative, bénévole…) et montrer en quoi ces expériences vous ont apporté des qualités qui vont servir votre aptitude à exercer, par exemple un stage dans le cadre du master.

Troisième conseil : restez concis et synthétique

Sur le fond, faites, dans la mesure du possible, le plus simple possible. Évitez les tournures de phrases pompeuses et complexes, allez à l’essentiel.  Encore une fois, mettez-vous à la place du lecteur, il vaut mieux un message clair et percutant qu’un long message dénué de sens.

Sur la forme, le texte doit être agréable à lire : évitez les gros blocs et privilégiez des paragraphes aérés. Ne dépassez JAMAIS une page de rédaction.

Voici un exemple de structure de lettre de motivation que vous pouvez envoyer au directeur de master pour postuler à un master :

  • Indiquez l’objet de la lettre : « Candidature au master X » ;
  • Sollicitez l’inscription en master ;
  • Commencez par un mot sur votre parcours en droit en expliquant ce que les trois années de licence vous ont apporté sur le plan personnel et théorique. Si vous avez obtenu de bonnes notes, parlez-en. Si vous avez intégré des associations étudiantes, mentionnez-le. Si vous avez travaillé à côté de vos études, c’est le moment également ! ;
  • Expliquez en quoi le master que vous souhaitez intégrer est en cohérence avec votre projet personnel et professionnel ;
  • Sortez l’artillerie lourde : montrez pourquoi c’est CE master que vous souhaitez intégrer et pas un autre. Vous pouvez parler de la renommée de l’établissement ou des professeurs, de la qualité de l’enseignement, de la situation géographique…
  • Remerciez le directeur de master pour le temps qu’il a pris à vous lire !

Troisième document : le CV 

Avec le bulletin de notes, le CV est assurément l’élément le plus important. Cela va permettre au directeur de master de montrer qui vous êtes et quel est votre parcours.

Le CV : ce que le directeur de master attend de vous sur le fond

Il ne faut pas hésiter à blinder le CV, mais de manière organisée.

Comme pour la lettre de motivation, ne dépassez pas une page (le directeur de master n’aura de toute façon pas le temps de tout lire dans le détail). Mettez en avant toutes les expériences professionnelles que vous avez eues en rapport avec le droit.

Si aucune de votre expérience n’était en rapport avec le droit, ce n’est pas grave. Il faut simple veiller à mettre en valeur vos expériences pour montrer que vous avez une certaine connaissance du monde du travail et que vous ne débarquez pas de nulle part. Par exemple, si vous effectuez régulièrement du baby-sitting, précisez bien le type de contrat et le nombre d’heures par semaine.

Un conseil : essayez, dans la mesure du possible, de vous rattraper sur les expériences associatives. Dans votre université, vous avez certainement des associations dans lesquelles vous pouvez vous inscrire et vous impliquer.

Vous avez également tout un tas d’expériences universitaires qui peuvent booster votre CV facilement :

  • L’obtention d’un mandat étudiant
  • La participation a un concours de plaidoiries ou un concours d’éloquence
  • Les consultations gratuites au sein de la Maison du droit ou de la Clinique juridique

Je peux vous assurer que ces petites expériences peuvent faire toute la différence auprès des directeurs de masters.

Ces conseils peuvent paraître bateaux, mais si vous ne les appliquez pas, soyez certain que vous passerez APRÈS ceux qui les ont appliqués. Ils seront d’autant plus utiles si vous n’avez pas d’excellentes notes.

Le CV : ce que le directeur de master attend de vous sur la forme

En la matière, retenez bien que « le diable se cache dans les détails ». Faites attention à garder les mêmes espaces d’interlignes, la même police, la même cohérence dans vos couleurs, etc. Si vous insérez les logos des entreprises dans lesquelles vous avez travaillé, veillez à ce qu'ils soient à jour et de bonne qualité. 

Je tiens à vous rassurer, vous n’avez pas besoin d’être un pro de Photoshop pour taper dans l’œil du directeur de master. Vous ne postulez pas à un master en communication. Vous devez simplement proposer un CV à la mise en forme sobre et harmonieuse.

Comme pour la lettre de motivation, n’hésitez pas à faire relire votre CV par quelqu’un d’extérieur.

Les documents "bonus" à joindre à votre candidature en master

En plus du CV, vous pouvez envoyer des documents « bonus » tels que :


  • Des certificats de langue (TOEIC, TOEFLE)
  • Une lettre de recommandation (d'un ancien employeur, d'un Professeur, d'un chargé de TD...) 
  • Tout autre document qui permet de montrer que vous êtes compétents !

Quatrième document : le bulletin de notes

C’est souvent à cette étape que les choses se compliquent pour les étudiants.

La question qui revient très souvent est « quelle moyenne faut-il pour être sélectionné en master de droit ? ».

Au risque de vous décevoir, il n’y a pas de règle générale. Certain vous diront, comme le professeur P.Morvan dans son article l’article « Savoir s’orienter au cours de ses études de droit », qu’il faut au minium 12 de moyenne si vous avez redoublé au moins une fois pour espérer être sélectionné en master.

En tout état de cause, à compétences et expériences égales, plus votre moyenne sera élevée, plus votre dossier aura des chances d’être placé haut dans la pile. Evidemment, la moyenne dans la matière de la spécialité que vous visez sera regardée avec plus d’attention que les autres matières.

Pensez aussi que vous devez tout miser sur les notes du premier semestre de la L3, car vous n’aurez certainement pas encore passé vos partiels du deuxième semestre au moment des candidatures en master. Concrètement, cela signifie que vous avez 3 mois pour travailler au maximum afin de mettre en avant votre dossier de candidature. Ce conseil est encore plus vrai si vous n’avez pas eu de bonnes notes auparavant ou si vous avez déjà redoublé une fois.

Si vous n’avez jamais eu de redoublement, les recruteurs seront un peu moins exigeants et une moyenne de 11 sera considérée comme acceptable.

Je tiens à vous rassurer sur un point : la moyenne ne fait pas tout 😊. Comme nous l’avons déjà évoqué, tout un tas de critères "autres" peut rentrer en ligne de compte, comme l’expérience professionnelle, la participation à des activités universitaires, vos compétences personnelles ou vos centres d’intérêt (si par exemple vous tenez un blog d’actualité juridique, ce sera un gros "plus".).

3. Troisième étape : la préparation de l’entretien pour la sélection en master 

Une fois que vous avez réalisé les étapes précédentes, il va falloir surveiller les dates d’entretiens, s’il y en a. Et surtout, il va falloir préparer ces entretiens.

Alors comment on se prépare pour un entretien de master ?

La préparation à l’entretien de master : savoir citer des périodiques 

Vous devez apprendre par cœur des noms de revues :

  • Des revues de presse généralistes (Le monde, Libération, Le Figaro…) ;
  • Des revues de presse juridique (Les Petites affiches, Le monde du droit, Lexbase, La semaine juridique…) ;
  • Des revues de presse juridique spécialisée dans la matière que vous visez.

Voici le type de question que l’on peut vous poser :

  • « Quel est le dernier article que vous avez lu ? »
  • « Dans quel cadre l’avez-vous lu ? »

Vous ne pourrez généralement pas échapper à cette question, qui est un bon moyen pour le recruteur de vérifier si vous êtes curieux et intéressé par la matière que vous visez.

La préparation à l’entretien de master : connaître les dernières actualités liées à la spécialité que vous visez

On ne vous demandera pas d’être un spécialiste de la matière avant même d’avoir intégré le master, mais vous devez être capable de citer la dernière grosse actualité dans le domaine dans lequel vous souhaitez exercer.

Si vous n’êtes pas capable de citer une actualité évidente, vous pouvez être sanctionné.

La préparation à l’entretien de master : préparer les questions classiques

Évidemment, préparez-vous à répondre à des questions classiques du type :

  • « Pourquoi souhaitez-vous exercer cette profession » : si vous souhaitez être avocat, préparez votre argumentaire, si vous souhaitez être juriste, sachez expliquer dans quel type de structure vous souhaitez exercer et surtout, sachez le justifier.
  • « Pourquoi voulez-vous intégrer ce master » : vous devez être capable d’expliquer pourquoi ce master vous plait plus qu’un autre, quels sont les éléments qui ont été déterminants dans votre choix (la réputation du master ou de son directeur, la proximité géographique, la renommée du réseau d’anciens, le réseau professionnel, etc.).
  • « Pourquoi le droit des affaires / droit fiscal / droit pénal… » : on attend de vous de justifier votre choix de poursuite d’études, au regard de votre parcours et vos ambitions professionnelles.

La préparation à l’entretien de master : préparer un passage de l’entretien en anglais

En la matière, cela dépend des masters, mais vous pouvez être amené à répondre à des questions en anglais. De la même manière, essayez de préparer des réponses types en recherchant du vocabulaire spécifique.

La préparation à l’entretien de master : vous renseignez sur les enseignants du master en question

Il s’agit de regarder sur la plaquette d’information du master qui sont les enseignants et de faire une recherche rapide sur leurs actualités.

Ces informations pourront être utiles si ces enseignants font partie du jury (ce qui a beaucoup de chance d’arriver) pour montrer que vous avez fait l’effort de vous renseigner (ce que 90% des candidats ne feront pas).

La sélection en master de droit, en résumé


La candidature à un master se prépare. Pour aborder la sélection en master de droit plus sereinement, vous allez devoir vous préparer à passer par plusieurs étapes :

  • La recherche du master idéal : vous devez sélectionner les masters qui offrent des débouchés professionnels, dans une spécialité qui vous plait et effectuer une recherche pour vérifier la qualité de l’enseignement.
  • La candidature au master de droit : vous allez devoir préparer un tableau récapitulatif pour suivre l’avancée de vos candidatures et envoyer plusieurs éléments : une lettre de motivation, un CV et votre relevé de notes.
  • La préparation de l’entretien pour intégrer votre master : pour mettre toutes les chances de votre côté en vue d’un entretien pour une sélection en master, vous devez être capable de citer des noms de périodiques, connaître une ou plusieurs actualités liées à la spécialité que vous visez et, bien entendu, préparer les questions classiques.

Si vous respectez toutes ces étapes, vous avez toutes vos chances pour intégrer le master de vos rêves !


Sachez également que si malgré toutes ces démarches vous n’êtes pas sélectionné en master, plusieurs options s’offrent à vous pour rebondir.

Autres articles dans la catégorie Les études de droit

Ajoutez un commentaire

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>